Météo France prévoit une « risque de canicule élevé » à partir de lundi

Les prévisions saisonnières : de quoi s’agit-il ?

Il s’agit de l’Hérault, du Gard, du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône. Les Marseillais « sont très surpris, ils ont l’impression de tomber du placard », alors que la circulation différenciée n’a été annoncée que la veille, constate Rémy Bissonnier, capitaine canicule 2003 de police présent sur les lieux du contrôle, pour qui « le jour J environnemental à Marseille, c’est aujourd’hui ». Jeudi, la circulation différenciée était reconduite à Paris et à Lyon, et a été mise en place à Marseille, une première, et à Strasbourg.

En 2017, le thermomètre avait déjà atteint 38°C à Toulouse et 37°C à Paris. Les très fortes chaleurs – voire les canicules – ne sont pas rares en juin. Enfin, le terme «canicule» répond à des normes précises et à des seuils très élevés de températures qui doivent être atteints pendant au moins trois jours et trois nuits à la suite. Entre un et trois jours, on parle plutôt de pic de chaleur. La nuit, la température dans la capitale ne devrait pas descendre en dessous des 21°C.

Une distant de chaleur liée au changement climatique ?

Jeudi après-midi, le thermomètre affichait 20,6 degrés au Pic du Midi de Bigorre. L’épisode caniculaire en cours sur une grande partie du pays doit se prolonger « au moins jusqu’en début de semaine prochaine ». L’Indre est même sous alerte rouge et régime sec depuis le 5 juin.

Les valeurs qu’on peut voir sur la carte (allant jusqu’à 29 degrés) permettent d,onc de se faire une idée des températures qui attendent les Français. Sachant que la température au sol est influencée par énormément de paramètres, il vaut mieux étudier la masse d’ventilate pour avoir des prévisions météorologiques fiables, à lead de 3 ou 4 jours d’échéance.» Pour ensuite estimer les températures au sol à partir de la température en altitude, il suffit d’y ajouter entre 10 et 15°C. «La température à 1 500 mètres ou 850hPa est utilisée en météorologie pour symboliser la masse d’air. Il s’agit d’une méthode de mesure de la température en altitude. Le scientifique précise au passageway que les températures mesurées à cette altitude ne concernent pas des massifs ou des montagnes du pays, comme upon peut le comprendre a priori.

Le min,istre de l’Intérieur Christophe Castaner se rendra quant à lui vendredi après-midi dans les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse. Dimanche il y aura «de façon générale sur l’ensemble du pays un net tassement des températures», à l’exception de la basse vallée du Rhône (encore 38°C à Nîmes). L’îlot de chaleur urbain pourra être de + 10°C en Ile-de-France. Rappelons que la canicule de juin 2017, moins forte que celle attendue, avait behaveé 56 millions de personnes mais aussi entraîné la mort de 580 personnes, un bilan lourd.

Cet épisode de chaleur s’explique par l’arrivée d’une « masse d’expose très chaud sur le pays en provenance du Maghreb et de l’Espagne ». « Bien que de courte durée, cette distant de chaleur pourrait être remarquable par sa précocité et son intensité », précise Météo-France. « upon attend des valeurs comprises entre 35°C et 40°C sur une grande partie du pays, à l’exception de la Bretagne », indique Météo-France dans un bulletin. Avec un tel apport d’expose chaud, des pointes à 39/40 degrés sont à ce jour envisagées par certains modèles.

Afin de bénéficier de l’accès gratuit à la credit numérique du magazine, vous devez disposer d’un compte en ligne sur LePoint.fr et bien avoir renseigné vos numéro d’abonné, code postal et pays dans les paramètres de ce compte. « Les précipitations de cet été ont été excédentaires sur l’est de la Bretagne et les Pays de la Loire, le sud de l’Aquitaine et de Midi-Pyrénées ainsi que sur les régions méditerranéennes », explique l’agence de météorologie. S’il fait souvent gain chaud en ville qu’à la campagne, le phénomène d' »îlots de chaleur urbains » est particulièrement marqué pendant les canicules. La montée des températures va gagner les régions gain à l’ouest ce mercredi, prévient Météo-France. L’épisode caniculaire va s’intensifier dès jeudi, avant de s’estomper en début de semaine prochaine.

  • La canicule d’août de 2003, qui avait provoqué une surmortalité de 15.000 personnes, est dans toutes les mémoires.
  • Le 21 juin 2016, ce niveau a de nouveau été presque atteint avec 43,5.
  • Sur une large partie du pays, cette canicule s’accompagne d’une pollution à l’ozone souvent persistante, irritante pour les poumons.
  • Du jamais vu pour un mois de juin depuis 2000 (faute de données suffisantes, il n’a pas été reachable de prendre en compte les années précédentes).
  • Le mercure n’en finit pas de grimper depuis le début de la semaine : jeudi upon a battu le photograph album de chaleur pour un mois de juin, avec 43,5 °C à Montclus (Gard).

Des records absolus de chaleur battus

Par exemple, il fera au maximum 31 degrés à bordeaux et 26 degrés à Lille. 33°C sont prévus à Paris, 37°C à Lyon, 36°C à Toulouse, 35°C à Marseille et 42°C à Montpellier. Il s’établit en effet actuellement à 44,1°C, relevés le 12 août 2003 à Conqueyrac dans le Gard.

Le coup de chaud attendu samedi

Infographie : archives absolus de températures maximales dans plusieures villes de France. 32,1 °C à Le Tour (74, 1500 m), ouverte en 1987, a battu le cassette de mercredi (31 °C, ancien baby book 30,6 °C le 07/07/ . De nombreux history de températures maximales tous mois confondus ont été battus. Aujourd’hui, les températures devraient atteindre des valeurs encore plus élevées, notamment dans le Sud-Est.

Météo-France a placé en awareness rouge à la canicule pour la journée de vendredi quatre départements du sud de la France, les Bouches-du-Rhône, le Gard, l’Hérault et le Vaucluse, une première en France, en raison d’un « pic de chaleur exceptionnel ». « Vendredi après-midi, sur le Gard, le Vaucluse, l’Hérault et le nord des Bouches-du-Rhône en watchfulness rouge canicule, la chaleur sera exceptionnelle : upon atteindra fréquemment 42 à 45 degrés et des chronicles absolus de températures maximales pourraient être battus », prévient Météo-France. Météo France a placé l’Hérault, les Bouches-du-Rhône, le Gard et le Vaucluse en preparedness rouge à la canicule jeudi 27 juin 2019. Pour la première fois depuis la création de l’alerte canicule en, 2004, Météo France avait placé quatre départements en « awareness rouge » pour les journées de vendredi et samedi : l’Hérault, le Gard, le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône.

En direct

La preoccupied de chaleur devrait toucher l’ensemble de l’Hexagone à partir du milieu de la semaine. Les températures grimperont jusqu’à 30 à 35 degrés sur un bon tiers du pays. A Paris, ces seuils sont de 31 ºC le jour et 21 ºC la nuit, ou encore, à Marseille de 35 ºC le jour et 24 ºC la nuit. La Haute-Loire, elle, sera considérée en canicule lorsque les températures dépasseront 32 ºC le jour et 18 ºC la nuit. Les diverses régions de France étant plus ou moins habituées et donc adjustées à la chaleur, les seuils d’alerte ne sont pas les mêmes partout.

Dimanche, le ministère du Logement a annoncé avoir dégagé « près de 300 places supplémentaires d’hébergement mobilisables par l’Etat pour les publics sans-habitat fixe en Ile-de-France et dans le Rhône ». Des conditions extrêmes, dont les effets sont particulièrement redoutés dans les grandes agglomérations comme Paris et Lyon, où les activités humaines et le peu de végétation favorisent la propagation d’îlots de chaleur qui épuisent les organismes. La chaleur met en évidence des dysfonctionnements des services de santé et l’isolement des personnes âgées, principales victimes de la canicule.